aucun commentaire pour l'instant

Nouvelles missionnaires novembre

Dans le monde

ALGERIE

Les chrétiens algériens sont malmenés : fermetures d’églises qui se succèdent depuis des mois, matraquages lors de manifestations pacifiques, arrestations… Prions, et montrons-leur notre solidarité. « Ça nous a choqués et attristés. On ne s’y attendait pas » explique le pasteur Chalah. Lui-même a été frappé lors de l’évacuation brutale de son église à Tizi Ouzou en Algérie la semaine dernière. Le président de l’Église Protestante d’Algérie ajoute :« C’était pour nous un cauchemar, une tempête inattendue. » Les chrétiens algériens dans la tourmente

Le 17 octobre, 17 d’entre eux étaient arrêtés lors d’un rassemblement contre la fermeture de leurs églises. Ils ont été maltraités et insultés par la police avant d’être relachés le jour même.

Les chrétiens algériens ne baissent pas les bras et continuent de se retrouver dans des maisons et de louer le Seigneur. La semaine dernière, le 15 octobre, lors de l’évacuation de leur église à Makouda, ils louaient Dieu devant les policiers. PO

La petite fille au napalm

47 ans après avoir fait la une des médias internationaux, Kim PHUC PHAN THI, “la petite fille au napalm”, se dit en paix, avec elle-même, avec le monde, malgré les souffrances qui perdurent. Son secret ? Une foi chevillée au corps, au coeur, à l’âme, confie-t-elle à l’AFP, de passage à Paris pour la publication en français de son livre “Sauvée de l’enfer” (éditions Ourania), écrit précisément pour raconter ce cheminement spirituel qui l’a conduite à la sérénité.

L’enfer, c’est celui dans lequel l’a plongée, le 8 juin 1972, une bombe au napalm tombée sur son village du Sud-Vietnam. La petite Kim, 9 ans, court sur une route, elle est happée de dos par les flammes, ses vêtements sont réduits en cendres, sa nuque, son dos et son bras gauche sont en feu. Un jeune photographe d’Associated Press, Nick Ut, capture cet instant terrible. Le cliché – qui valut à son auteur le Pulitzer – choqua le monde et devint un symbole de la guerre du Vietnam.

Face à ses péripéties, sa volonté, ses souffrances – ces quatre dernières années elle a subi onze traitements au laser – pas la peine de lui dire qu’elle est forte. Ce petit bout de femme élégante rit et rétorque : “c’est Jésus ma force”. Son entourage avait prévenu : Kim PHUC PHAN THI ne souhaite pas parler de la guerre, ni de politique. Elle a tout pardonné.  Franceinfo

DJIBOUTI

Dans ce pays francophone, frontalier de l’Érythrée, de l’Éthiopie, et de la Somalie, il est interdit de partager l’Evangile. L’islam est la religion d’Etat depuis 1992. La jeune église implantée dans la ville de Tadjourah grandit en secret. Elle rassemble une poignée de familles qui se sont converties grâce à un témoignage de voisinage. « Les chrétiens ont à cœur de témoigner malgré le danger » explique un contact. Prions pour leur protection et pour que Dieu continue à faire son œuvre dans les cœurs des Djiboutiens. La population est très pauvre et près de la moitié est touchée par l’analphabétisme. CMM

Dimanche de l’église persécutée

Dimanche 10 novembre sera le dimanche de l’église persécutée. A cette occasion, nous aurons la joie de recevoir le pasteur Bruno ASTIER de l’église ADD Montpellier Centre qui nous apportera le conseil de Dieu tout en nous informant de la situation de certaines églises dans le monde. Notre frère est engagé dans le soutien des églises persécutées étant membre actif de l’AEP (Aide aux Eglises Persécutées) depuis plusieurs années.

Poster un commentaire